ACTUALITÉS

ACTUALITÉS > BREXIT ET CERTIFICATION COFREND

le 29/07/22

Journée technique régionale Bretagne-Pays de la Loire : « Les END et les composites »

Groupe 8

Les membres du comité régional Bretagne-Pays de la Loire de la COFREND ont donné rendez-vous à Saint-Malo le 24 mars, pour une nouvelle journée technique sur « Les END et les composites ».

La journée, consacrée aux contrôles des composites, a couvert à la fois des sujets généralistes et plus spécifiques mettant en jeu différentes méthodes et techniques appliquées aux composites tels que les capteurs intégrés, les méthodes d’imagerie (térahertz, émission acoustique non linéaire), le SHM, le Kissing Bond, etc. Les différents retours d’expérience présentés dans différents domaines (aéronautique et autres industries) ont permis de faire un tour d’horizon des challenges qui doivent être relevés en matière de contrôle et de caractérisation des matériaux composites tout en abordant les composites du futur et les bio-composites.

Après un mot de bienvenue du président du comité régional, Mourad Bentahar, Hervé Trétout, ex-DASSAULT aviation, a présenté en ouverture de la journée les travaux du groupe de travail (GT) Cofrend « END et Composites » qu’il pilote. Ledit GT regroupe une vingtaine d’experts représentatifs de différents univers (industrie, recherche, fabricants d’appareils, prestataires et revendeurs) et travaille à la rédaction d’un guide visant à proposer des éléments pertinents permettant de choisir les méthodes de contrôle les plus adaptées en fonction du besoin industriel. Le guide couvrira un large panorama des évolutions des méthodes d’essais non destructifs (térahertz, tomographie X, fabrication additive, etc.), de suivi en temps réel (SHM) ainsi que d’autres techniques utilisées dans de nombreux domaines, en particulier l’aéronautique, l’éolien, le naval et même le cyclisme.

Les présentations qui ont suivi ont concerné essentiellement la détection et la caractérisation des dommages créés au sein des matériaux composites. Ainsi, l’application de l’émission acoustique pour la détection des modes fondamentaux d’endommagement observés dans les matériaux thermoplastiques renforcés carbone a été présentée par Jonathan Meni (Cybernetix). Cette présentation a permis de mettre en relation les modes d’endommagement avec leurs signatures acoustiques, et ce, dans le cas de scénarios de chargement adaptés. Guillaume Ithurralde de Testia s’est intéressé à la caractérisation de délaminages sur composites aéronautiques moyennant des outils d’aide au diagnostic regroupés au sein de la « Line Family ». Lesdits outils sont adaptés aux singularités géométriques telles que les changements d’épaisseurs dus aux arrêts de plis ou pieds de raidisseurs. Cette présentation montre également que la solution Cloud d’Airbus appelée «eTech 3D Repair » utilisée lors de ce procédé offre des perspectives pour diagnostiquer d’autres moyens de transports et différents types de composites tels que ceux à base de fibres de verre ou en sandwich. Par ailleurs, Oriane Fedrigo (Cetim) a fait le point sur l’influence de la pression d’épreuve sur les mécanismes d’endommagement des accumulateurs composites. Ce travail est basé sur l’utilisation combinée de l’émission acoustique et de méthodes de caractérisation visuelles. Ce travail compare tout d’abord les résultats de contrôle avec les critères de rupture relatifs à l’équipement étudié. Cela a permis de valider les méthodes de contrôle non destructif utilisées et d’identifier la progression des endommagements créés au sein des différentes couches de l’enveloppe composite. La matinée de présentation s’est clôturée par la présentation de Sabri Ben Khemis (Terakalis) sur les CND rapides et sans contact pour le contrôle des composites en cœur et en cours de fabrication à l’aide du contrôle par ondes térahertz. Cela a permis de contrôler des bandes unidirectionnelles (UD) pendant la phase de fabrication ou de mise en place (par exemple, enroulement filamentaire) et d’aider ainsi les industriels à mieux comprendre, maîtriser et améliorer les procédés ainsi que la qualité de leurs produits.

L’après-midi de la journée technique a été réservé aux présentations relatives aux méthodes multitechniques et/ou automatisées. Jules Recolin (CETIM) a présenté les performances d’une cellule de contrôle automatisé basée sur la thermographie active (méthode globale) et les ultrasons multiéléments (méthode localisée). Ladite cellule permet de contrôler des pièces de grandes dimensions (par exemple, des pales d’éoliennes). Un traitement adéquat des images thermographiques permet de cibler les zones sensibles avant de les inspecter par ultrasons multiéléments et de raccourcir ainsi le temps de contrôle. Dans le même contexte non destructif, Nicolas Colin (IRT Jules-Verne) a présenté les résultats relatifs à l’inspection de structures complexes à l’aide d’une cellule cobotisée multitechniques (COMETE). La cellule COMETE s’adapte à différents types de contrôles à couplage sec ou large champ (ultrasons mono et/ou multiéléments, électromagnétique, etc.), vise à développer le « zéro programmation » des trajectoires d’inspection et à proposer ainsi le scanning de pièces à géométrie complexe. La série de présentations relatives aux CND robotisés s’est terminée par celle effectuée par Antoine Aigueperse (Twin Robotics) qui a mis l’accent sur la nécessité d’avoir un logiciel de programmation hors ligne (PHL) adapté pour une robotisation des CND réussie. Cela s’est fait au travers d’exemples impliquant différentes méthodes de programmation ainsi qu’un retour d’expérience fait sur les outils de PHL. La présentation fait un point d’étape sur les développements en cours dans le cadre du projet AppRob NDT en se basant sur la thermographie. Laurent Seronveaux (X-Ris) a présenté les complémentarités et performances de trois techniques sans contact (thermographie IRT, radiographie RX et ultrasons UT), et ce, dans le cas réel d’une pièce composite. La présentation met l’accent sur les performances liées à l’utilisation des ultrasons air et des méthodes sans contact de manière générale.

Exposants JTRBPDL

Enfin, notons que la montée en puissance de la robotisation des méthodes de contrôle non destructif justifie la création d’un nouveau groupe de travail sur les END robotisés qui sera lancé très prochainement à la COFREND (cf. page 27). Cette journée a également connu la mise en place d’un espace pour présenter et découvrir les dernières innovations technologiques relatives aux méthodes de CND dédiées aux matériaux composites grâce à la participation d’Action NDT, d’Ekoscan, d’Eddyfi Technologies et d’Olympus.

Le comité régional Bretagne-Pays de la Loire de la COFREND remercie tous les participants et espère vous rencontrer lors des prochains événements régionaux et nationaux...

image00034image00029image00009