NEWS

NEWS

on 9/1/21

Journée technique régionale : Dégradation des matériaux et méthodes CND, quel couple idéal ?

Visuel Video JTRA 2021

Le 20 mai 2021, 125 participants se sont connectés pour suivre en distanciel, la Journée technique du comité régional Rhône-Alpes de la COFREND durant laquelle différents conférenciers et exposants, nous ont éclairés sur la question : « Dégradation des matériaux et méthodes CND : quel couple idéal ?

Ce thème, volontairement très ouvert, concerne tous les secteurs industriels. L’idée directrice visait au partage des retours d’expériences sur les démarches qui conduisent au choix de telle ou telle technique de CND. Cette journée a également montré l’importance du recoupement des informations obtenues par différentes méthodes de CND lors de l’inspection de structures, et que trouver un couple idéal « Dégradation – CND » est souvent affaire de compromis.
Une série de travaux et de cas concrets nous ont été présentés, parmi lesquels nous avons pu apprécier, la présentation du Setec Lerm (O.Anterrieu) sur les types de dégradations par corrosion des bétons armés ou pierres incendiées, avec l’exemple de la cathédrale Notre Dame de Paris ; suivie de la présentation d’Omexom (C.Govin) concernant le contrôle par analyse vibratoire pour qualifier l’état des structures et fondations des réseaux de transport d’électricité, des parcs éoliens et des pylônes de mobilité aérienne. Le laboratoire Mateis de l’INSA-Lyon (N.Godin) nous a ensuite éclairés sur l’apport de l’émission acoustique, pour un diagnostic de l’état de santé et de la prévision de la durée de vie de matériaux composites.
Parmi les techniques émergentes, nous avons pu découvrir les avantages du Contrôle Non Destructif par technologie TeraHertz, (Terakalis – E.Hidalgo) qui permet d’inspecter des épaisseurs importantes de polymères, élastomères, mousses, composites et céramiques ; la surveillance des matériaux (Cetim – a.Romaine) et les solutions de monitoring pour le contrôle de la corrosion des composants métalliques utilisés pour le stockage des déchets radioactifs, la Radiographie en temps réel (Mistras – A.Bailly) pour détecter les zones d’attaque de la corrosion du foisonnement externe à la tuyauterie, et l’apport des sondes ultrasons multiéléments sur mesure, pour la détection de fissures sur tubes, présenté par Ekoscan( V.Perret).

Méthode plus inattendue, nous avons découvert l’apport de la photogrammétrie dans le diagnostic des dégradations et de cas d’avaries du parc hydraulique, que nous a présenté EDF (L.Saintoyant), notamment avec un cas concret de caractérisation de déformée sur des conduites forcées. Le laboratoire LGEF de l’INSA de Lyon B.Ducharne) nous a également fait apprécier leurs travaux portant sur la signature magnétique des matériaux pour leurs contrôles et leurs évaluations non-destructives.
Enfin, parmi les méthodes plus conventionnelles, les participants ont pu se rendre compte des pratiques mises en oeuvre dans le secteur ferroviaire, en particulier dans la maintenance des essieux, et toute l’importance d’un contrôle continu sur la connaissance de leur cycle de vie, (SNCF – S.Ridet & Y.Carrias). Intercalées entre toutes ces conférences techniques, une série de « pitchs » a permis à nos partenaires exposants en CND de nous présenter leurs dernières nouveautés, et répondre aux questions des participants.

ACCEDER A LA VIDEO EN REPLAY